À la recherche de "Tastemakers"

Portrait de Melissa Pacifico

Durant 2 jours, le Forum des musiques émergentes et indépendantes du Québec, organisé par le GAMIQ (Gala Alternatif de la Musique Indépendante du Québec) en collaboration avec la SPACQ (Société Professionnelle des Auteurs et des Compositeurs) était tenu afin que plusieurs artisans de la scène émergente, propriétaires de salles et programmateurs puissent débattre de l’état de ladite scène québécoise indépendante. Durant ce forum, plusieurs problématiques ont été soulevées, dont celle du manque de visibilité des artistes indépendants. En effet, le public, habitué à s’intoxiquer des Lady Gaga de ce monde, a un besoin criant d’être guidé et conseillé dans ses choix musicaux. Comment peut-on donc l’inviter à s’intéresser aux artistes indépendants locaux? Durant le forum, certains se sont interrogés sur l’importance et l’impact que peuvent avoir sur la musique émergente les tastemakers, ou « faiseurs de goût ». Qui sont-ils? Ce sont des personnalités connues qui s’engagent à suggérer des albums à écouter à travers une plateforme quelconque. Ces conseillers-vedettes musicaux pourraient avoir un impact considérable sur la visibilité des artistes émergents de la scène locale. « Si Véronique Cloutier fait le top 50 de ce qu’elle écoute et qu’en haut il y a Lady Gaga et qu’à la fin, il y  a un artiste indépendant québécois, c’est déjà une visibilité de gagnée », croit fermement Patrice Caron, un des intervenants du forum. D’ailleurs, selon ce dernier, après le passage de Karim Ouellet à Tout le monde en parle, ses ventes ont quasiment triplé. D’autres artistes méconnus du public se produisant sur divers plateaux de télévision ont eux aussi vécu une hausse de popularité, notamment Half Moon Run et Jason Bajada, qui, au lendemain de leur passage sur le plateau de télévision de Pénélope McQuade, ont vu leurs disques s’envoler comme des petits pains chauds.

 Croyez-vous que ces dits « tastemakers » peuvent réellement parvenir à faire mousser la popularité de nos artistes locaux indépendants? Un simple «  twit » d’une personnalité connue peut-il convaincre le plus d’oreilles possible à écouter ces musiques émergentes?

SOURCES :

http://www.lapresse.ca/arts/musique/201311/15/01-4711133-conseillers-vedettes-musicaux-recherches.php

http://quartierlibre.ca/vers-une-platerforme-musicale-quebecoise/

Catégories: 

Il y a 1 commentaire

Portrait de Isabelle Boivin

Selon moi, quand quelqu'un fait partie de a scène culturelle québécoise, il devrait avoir particulièrement à coeur que cette scène se développe. Qu'il utilise le fait qu'il a une tribune, que des gens suivent son blogue ou sa page Facebook pour promouvoir la scène émergente, autant pour des groupes ou artistes musicaux que pour de jeunes comédiens, danseurs etc.

Ajouter un commentaire