Beyond the Score

Portrait de Jeff Poussier Leduc

Les orchestres symphoniques cherchent de plus en plus à trouver de nouvelles façons d'attirer du public et de remplir une partie de leur mission dans la société, la partie éducative. Travaillant comme placier à la Maison Symphonique, je vois tout le travail fait par l'OSM dans cette optique. Un concert m'a particulièrement intéressé l'an dernier et la formule a été repris cette année: Beyond the Score (au-delà de la partition). Le concept est fort simple, durant la première partie du spectacle, des documents multimédias accompagnés d'une narration explicative et d'extraits joués par l'orchestre, présentent un pièce en particulier. Les spectateurs sortent pour l'entracte et en revenant, l'orchestre interprète en entier l'oeuvre qui vient d'être analysée devant eux. Dans le cas de l'OSM, j'ai assisté à la 4e symphonie de Tchaïkovky et la 9e symphonie de Dvorák, mais toutes les époques et nationalités composent maintenant Beyond the Score. Le catalogue comprenant maintenant 24 oeuvres regroupent aussi bien Vivaldi, Mozart et Haydn que Ives, Bartók et Schoenberg.

Je ne le savais pas, mais en faisant de petites recherches, j'ai découvert que Beyond the Score est une initiative du Chicago Symphony Orchestra et de son «creative director» Gerard McBurney. Étant lui-même compositeur et un érudit chercheur et musicologue, le Britannique créer et narre les différentes présentations lorsqu'elles sont présentées par le CSO. Ce qui est bien, c'est qu'elles sont très bien montées et vraiment accessible. Pour un étudiant en musique comme moi ou pour un novice de la musique classique, l'appréciation de l'interprétation en revenant de l'entracte est beaucoup plus intéressante et riche parce qu'une énorme quantité d'informations claires et pertinentes vient de nous être transmise. Des documents d'archives, des photos, des témoignages et des extraits d'autres musiques (folklorique, d'époque antérieures ou d'autres compositeurs de la même époque) permettent une compréhension approfondie des oeuvres présentées. Aussi, comme certains passages sont isolés et joués par les solistes de l'orchestre, un inculte de la musique classique se paye un cours accéléré de n'initiation : Qu'est-ce qu'un pizzicato? Qu'est-ce qu'un leitmotiv? Quel timbre a le basson et où est-il placé dans l'orchestre? Une foule de questions auxquelles Beyond de Score à souvent les réponses. Le projet, moins «puriste» ou traditionnel, reste toutefois sérieux et nécessaire. Le fait que certaines oeuvres ont été dirigées par Pierre Boulez, Charles Dutoit ou Ricardo Mutti en est une bonne preuve. Finalement, comme la narration et les extraits sont présentés en direct, le concept est très facilement exportable. Il ne reste qu'à traduire les textes, les présentations de l'OSM étaient en français.

Je pense que c'est une façon intéressante et innovante de remplir un rôle éducatif, mais aussi d'aller se chercher un nouveau public et de possiblement le garder à long terme, un public qui pourra éventuellement être intéressé par les concerts réguliers qui ne l'aurait jamais été sans être d'abord initié par Beyond the Score. Voici ici un lien vers une oeuvre cette année centenaire, le Sacre du printemps de Stravinsky:

http://bcove.me/tm6csu2q

Il y a 2 Commentaires

Portrait de Steve Bergeron

Tu as tout à fait raison. J'ai assisté au Beyond the score de Dvorák par l'OSM et j'ai trouvé l'expérience enrichissante. En plus d'être éducatif ce programme fait en sorte qu'il y a plus de vie sur la scène. On a l'impression que le contenu est plus accesible et on démystifie les stéréotypes sur lesquelles les compositeurs reçoivent un éclair de génie et composent les pièces en peu de temps.

Portrait de Audrey Downey

Je trouve le concept définitivement intéressant.  Je n'avais jamais entendu parler de ce projet, mais c'est un aspect que j'ai toujours eu l'impression qui manquait dans le concert.  Je trouve tellement enrichissant le fait de vraiment comprendre le contexte et l'idée dans laquelle une pièce est construite.  L'apréciation ne peut qu'en bénéficier. Mettre des efforts dans la diffusion et dans l'accès à la musique classique pour le grand public est la porte d'accès vers une nouvelle perspective future pour la musique.  Dans un monde où la culture et l'industrie sont en perpétuel mouvement, ça devient un besoin que de chercher à rapprocher et élargir le public.
 D'autant plus que c'est un projet qui a l'avantage aussi d'interresser autant les néophythe que les initiés.

Ajouter un commentaire