L’interprète en musique électronique

Portrait de Théo Michel

L’explosion de la musique électronique sur le marché au cours des dernières décennies a effrayé plus d’un interprète. D’abord par la place que prenaient les machines dans la conception et la réalisation de la musique, mais aussi dû au fait que le DJing représente désormais un pourcentage important du marché du spectacle. Pourtant, en parallèle il amène un nouveau souffle aux musiques actuelles et c’est actuellement le style le plus innovant et prometteur de notre ère.


Du DJing à la performance live


    Alors que le studio commençait à passer d'un simple appareil d'enregistrement à un instrument à proprement parler au potentiel presque infini, l'art de la production musicale évoluait et devenait de plus en plus complexe. En effet, les moyens de créer la musique électronique sont rarement produits en temps réel; ils ont été bien pensés et calculés, finement détaillés et travaillés dans les studios pendant des heures innombrables. Répliquer ce matériel dans un cadre vivant est une tâche difficile, et la plupart des artistes électroniques ont toujours été heureux de s'en tenir au DJing comme méthode de performance. Celle-ci s’est largement développée notamment tout au long du boom EDM et a subtilisé une grande part du marché aux live bands et aux performances instrumentales.

    Mais, petit à petit, l’aspect live s’est fait ressentir comme un potentiel manqué et de plus en plus d’artistes se sont tournés vers la réalisation de performances scéniques et musicales toujours plus innovantes. La technique a alors suivi cette mouvance, les programmeurs et les concepteurs ont commencé à travailler en corrélation avec les musiciens afin de développer et de perfectionner les possibilités de produire et moduler en temps réel la musique électronique. Rien qu’au cours de cette année, nombre d’artistes sont passés à la performance en direct ou l’ont développée. Porter Robinson a révélé un assortiment sophistiqué de noise makers pour son tour du monde, The Glitch Mob a dévoilé The Blade, une plate-forme de performance personnalisée qui donne au groupe le contrôle total de leur émission en direct.

Et tandis que Kygo a abandonné le DJing en faveur d'une approche de groupe, Netsky a beaucoup tourné avec une formation de drum and bass. Enfin, Floating Points et Bonobo offrent désormais des performances live instrumentales de leurs albums.


Les influences mutuelles des musiques instrumentales et électroniques.



       L’influence de la pop a très vite amené des vocalistes à être invités par des producteurs d’EDM pour agrandir leur audience. Mais, plus récemment, la tendance s’est élargie et de plus en plus d’instrumentistes sont invités par des performeurs de musique électronique. On a alors vu de grands noms du milieu monter des projets novateurs tels que Darkside1, composé de Nicolas Jaar et du guitariste multi-instrumentiste Dave Harrington. En 2005, Jeff Mills, un des pionniers de la musique techno performe aux côtés de l’orchestre Philharmonique de Montpellier.


Flying Lotus collabore avec le rapeur Kendrick Lamar mais aussi avec l'artiste et bassiste virtuose Thundercat2. Par ailleurs, Henrik Schwarz, compositeur et musicien allemand de deep house, collabore avec les musiciens de jazz Bugge Wesseltoft et Dan Berglund.



    La frontière entre musique électronique et musique instrumentale se fait de plus en plus floue. Par exemple, Bonobo3, Floating Points4, et Pretty Lights engagent des musiciens pour performer leurs productions, et à l’inverse, des groupes de musique intègrent un performeur de musique électronique, tel que Jamie Smith dans The XX5, pour élargir leur palette sonore. Neils Frahm, musicien de formation classique performe en solo un live innovant entre classique, jazz et électro, qu’il interprètera notamment au festival de Jazz de Montreux6. Les jazzmens Brad mehldau et Mark Guiliana utilisent des procédés et des esthétiques empruntés à la musique électronique dans leur duo Mehliana.

Enfin, un certain nombre de multi-instrumentistes montent des set-up complexes, inspirés des performeurs d’EDM afin de jouer leurs compositions en solo, comme le font Robert Delong (qui utilise des joysticks et accessoires de jeux vidéo en contrôleurs7) et Binkbeats qui enregistre tous les sons joués au sein même de sa performance8.



  Il est important pour tout musicien d’être attentif au développement de la musique électronique et des innovations techniques qui en découlent à l’heure actuelle. C’est l'une des rares voies musicales qui est encore en développement, et les nombreux exemples précédents montrent que l’instrumentiste et le musicien y ont largement leur place s'ils plongent dans ce vaste océan de possibilités. N’oublions pas d’être en lien avec notre époque, de redoubler de créativité et de prendre tout ce que l’on peu pour la mettre au service de notre passion !

Catégories: 

Ajouter un commentaire